PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Daji Akise

Aller en bas 
AuteurMessage
Daji Akise
Nouveau[elle] arrivant[e]
avatar

Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 01/09/2007

MessageSujet: Daji Akise   Jeu 6 Sep - 11:25

I / Partie Civile :

Bonjour tout le monde ! Je m’appelle Daji Akise et je suis anglaise. Je suis née le 16 septembre, j’ai 18ans. Ce n’est pas la première fois que je viens ici. J’avais commencé à prendre des cours à l’institut quand il ya quelques mois, des problèmes familiaux m’ont obligé a rentrer en Angleterre. Les évènements passés, me revoila pour finir mes études.

II / Physique :

Daji a les cheveux courts et noirs. Les vêtements qu'elle porte sont souvent associés à la couleur grise de ses yeux. C’est ce qu’elle préfère chez elle. De taille moyenne, elle n’a jamais été la plus grande de sa classe, mais il y avait toujours plus petit.
Elle a une déformation de la main gauche, ses trois doigts du milieu sont soudés ensemble, elle la déteste. Elle porte toujours des manches longues, qui cachent sa main. Elle est horriblement mal à l'aise et n'en parle à personne.

III / Histoire :

Daji est née dans une famille ni riche, ni pauvre. Sa mère était lunatique et son père jamais à la maison. Il travaillait dans son pays, le japon et était toujours occupé à gagner toujours plus de fric.
Sa mère ne battait pas sa fille au sens propre du terme, mais c’était presque pareil. Dans ses gestes, ses paroles… Elle aurait sûrement voulut une fille normale, avec une main normale, des amis normaux et des bonnes notes. Comme déçut, elle ne s’occupait de Daji qu’en cas d’extrême nécessité. Aussi Daji apprit-elle très jeune à se débrouiller seule. Elle n'avait pas d'amis à l'école, les autres la jugeant trop "bizarre" à cause de sa main et son caractère silencieux et solitaire. Sa seule occupation était une guitare qu’elle avait trouvée dans un vieux placard de la chambre d’amis. Avec d’un côté une mère qui lui criait dessus tous les soirs et de l’autre l’attitude et les remarques des autres, Daji tomba peu à peu dans sa bulle. Le vrai monde allait trop rapidement, tournait pas toujours rond… La jeune fille se sentait perdue. Et seule, même si elle était entourée d’une mer de gens. Le monde extérieur la décevant, elle s’enfermait dans son monde parallèle, un monde fantastique où tous ses rêves devenaient réels, un monde où le chocolat pousse sur des arbres, où elle visitait l’océan avec des sirènes, prenait le thé à quatres heures avec des fées, et s’endormait sur le dos d’un cheval ailé. Elle se créa une ‘double’ vie. Et n’aimait pas revenir sur terre.
Elle devint agressive, cognant le premier venu. Son père quitta définitivement la maison, sa mère tomba encore plus profondément dans son gouffre. Un jour, peut être sur un coup de tête, elle fugua. Elle en avait marre de son collège, de sa mère, de sa maison... La police reçut l’ordre de rechercher une fillette de 10ans.
Elle voyagea de ville en ville, grâce aux moyens de la carte de crédit volée à sa mère. Elle était trop jeune pour travailler, et se contenta de traîner dans les rues, à la recherche d’un raison pour ne pas finir sa vie. Un soir de pleine lune, errant pour un coin confortable pour dormir, elle surprit une conversation entre deux étranges silhouettes. Bien qu’elles chuchotaient, Daji entendit tout. Les deux silhouettes, qui étaient deux hommes habillés d’une longue cape noire, ne cessaient de répéter des mots bizarres… Vous-savez-qui, magie… La gamine les crut d’abord fous. Mais quand ils disparurent d’un coup, elle dut admettre qu’il se passait quelque chose. Elle sillonna pendant les jours suivants tout le quartier. Elle trouva enfin une porte qu’elle n’avait pas encore remarquée. Et entra dans le chaudron baveur. Elle découvrit qu'il existait un autre monde. Un monde magique. Une nouvelle vie. Qu'elle pourrait recommencer. Avoir une autre chance.
En insistant beaucoup, elle trouva un petit boulot chez Ollivander. Ce n’était pas grand-chose, ranger des dizaines de boîtes sur les étagères, mais cela lui permettaient de rester dans cet endroit qu’elle aimait tant. Un beau matin elle reçut une enveloppe. Et pas n’importe laquelle.
Poudlard occupa alors une grande partie de son adolescence. Elle trouva des amis, une chambre, des cours intéressants….
Elle réussit brillamment tous les examens et se retrouva de nouveau sans maison. Daji retourna dans son village natal en attendant de trouver un boulot. Mais ça ne marcha pas avec sa mère, les mauvais souvenirs qui remontaient... La jeune fille fêta ses 18 ans dans le grenier, seule avec sa guitare, alors que sa mère vidait le tube de somnifère en bas. Elle devait partir d'ici. N'importe où sauf ici. Elle n'avait dit à personne ou elle avait disparue lors de ses 10 ans. A vrai dire, tout le monde s'en foutait un peu. Elle chercha un endroit inconnu des autres où elle pourrait à nouveau toucher la magie.
Elle apprit alors qu'une école avait ouvert, l'IESMP. Elle partit la nuit qui suivit. Elle mit dans sa valise les bouquins de son ancienne école, les trois vêtements qui lui restaient, sa baguette. Elle prit son sac, sa guitare, vida son compte et prit un ticket d'avion, aller simple vers Paris.
Mais la famille vous rattrape toujours. C’est ainsi que quelques mois plus tard, elle reçut un message, sa mère avait finie sa vie. Elle rentra pour l’enterrement et resta quelques semaines, le temps de régler quelques problèmes, et en profita pour perfectionner son français. Dès qu’elle put, elle retourna a Paris, impatiente de retrouver le monde magique.

IV / Caractère :

Daji est étrange. On ne peut pas vraiment la qualifier de bavarde, mais n’hésitera pas à se faire remarquer si elle n’est pas d’accord avec quelqu’un. Elle ne parlera jamais, jamais d’elle-même. Comme elle insomniaque, elle passera la grande partie de la nuit à regarder la lune, dessiner ou jouer de la guitare.
Si elle ne parle pas d’elle-même, elle écoutera toujours les autres. Elle pourrait même être très ouverte si jamais elle n’était pas aussi renfermée sur elle-même. Elle semble toujours ailleurs, loin, loin de son corps. Trop solitaire. Un poil trop insociable. Trop ceci, trop cela…
Une de ses qualités, si c’en ai vraiment une, elle se fiche totalement de ce que les autres peuvent dire. Au contraire, avec la logique qu’elle a, elle serait du genre à se colorer les cheveux si jamais on critiquait ses boucles d’oreilles. A faire le contraire de ce qu’on lui dit.
Et si vous voulez en apprendre plus sur Daji, aller lui parler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Daji Akise
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Every step is planned » [w/ Haku Akise]
» Yuke Akise l'éclair noir
» Quand on cherche des fleurs, on peut trouver autrui [Pv(?) : Tamura Akise]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IESMP :: Avant tout... :: Ce qu'il faut écrire... :: Vos présentations-
Sauter vers: